Le growth hacking, un outil marketing comme les autres

En plus des outils web marketing tels que SEO, display, branding, le marketeur d’aujourd’hui ne peut pas faire sans growth hacking.

« Être filou, faire quelque chose qui n’a pas encore été fait dans le but de grossir », en est la définition selon Guillaume Gibault, Président du Slip Français.

 

On pourrait aussi expliquer le growth hacking comme le fait de grossir sur le dos de quelqu’un : vous repérez les influenceurs et vous cherchez à les toucher pour générer des leads de leurs ambassadeurs.

Mais avant d’engager la communauté, la première étape restera toujours la définition de la ligne éditoriale.

Les questions à se poser sont :

  • quel est mon territoire de marque ?
  • que veux-je dire à ma cible ?
  • quelle est ma stratégie de contenu de marque ?

Vous pouvez classiquement oragniser un jeu-concours sur facebook pour collecter les adresses mail pour ensuite poster une newsletter avec offre promo qui renvoie vers votre site de e-commerce. Vous pouvez aussi chercher à être plus inventif, plus drôle, plus original… bref, vous différenciez !

Quelques astuces pour vous mettre au growth hacking :

  • rebondir sur l’actualité
  • se remettre en question tous les jours
  • faire de la veille, de la veille et encore de la veille

Romain, le growth hacker de Fred de la Compta nous met néanmoins en garde : « attention à l’automation à outrance, ça se voit, c’est très mal perçu ». Son conseil : laissez une grand part à l’humain.

Pour être un entrepreneur qui réussit, soyez aussi web-marketeur !

O. – en direct du Salon E-marketing de Paris – Porte de Versailles

 

2 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *